La nature de l’Alliance

La nature et le sens de l’Alliance mosaïque entre Dieu et Israël sont exprimés dans plusieurs textes fondateurs, notamment ceux de l’Exode (19-24, 32-34) et du Deutéronome (4-11, 26-30). Ces textes décrivent plusieurs caractéristiques fondamentales de l’Alliance :

• Dieu prend l’initiative (c’est lui qui délivre Israël de l’oppression égyptienne ; Ex 19.4 ; 20.2) ; les relations qu’il établit avec son peuple sont celles d’un souverain avec ses vassaux ; Dieu pose les conditions de l’Alliance (résumées dans le Décalogue ; cf. Dt 4.3).

• Israël entre de plein gré dans l’Alliance (Ex 19.8 ; 24.3-8) ; le peuple apprend à considérer que son statut de peuple de l’Alliance est un signe distinctif exceptionnel (Dt 4. 5-8 ; 32-40).

• Tel un mariage, l’Alliance requiert la loyauté exclusive d’Israël à son Dieu, YHVH ; cette exigence correspond à l’engagement unique de Dieu à son égard et à cette distinction divine en sa faveur (Ex 34. 1-16 ; Dt 4. 9-24). Ce thème est repris par certains prophètes, notamment Osée et Ezéchiel.

• L’Alliance devrait amener à la gloire et à l’exaltation d’Israël en tant que peuple saint (Dt 26. 16-19).

• Les promesses seront tenues si Israël reste fidèle, mais de graves fléaux – famine, désolation, exil – résulteront de son infidélité (Dt 28. 1-68 ; 29. 16-28).

• Même si le peuple d’Israël devient infidèle à Dieu, il est appelé à revenir à lui et à rétablir les relations rompues ; et même si la bonne réaction d’Israël compte, la continuation de l’Alliance dépend finalement de la miséricorde et de la fidélité de Dieu, qui est plus grande que la fidélité d’Israël (Ex 33.11 – 34.10 ; Dt 32).

• Moïse est le médiateur de l’Alliance, l’archétype des prophètes qui suivront et des prêtres qui continuerontt sa mission (Ex 24 ; 33.11 – 34.35 ; Dt 18. 15-20).

• L’Alliance est une réalité durable pour Israël, de génération en génération (Dt 5.3 ; 29. 14-15).

Les termes de l’Alliance

L’Alliance

Source : John Bowker, Le Grand Livre de la Bible, Hurtubise HMH, 1999, p. 60-61

L’Alliance est un pacte entre Dieu et le peuple d’Israël. Elle comprend des promesses et des demandes : Dieu promet d’accorder sa protection à Israël en raison de son amour pour son peuple ; en retour, Israël doit rester fidèle à Dieu et placer toute sa confiance en lui.

La constitution d’alliances, dans le sens de « traités » ou de « testaments », était courante dans le Proche-Orient ancien ; elle est attestée dans la Bible hébraïque et dans les textes des cultures voisines hittite et assyrienne. Dans la Bible, le terme d’« alliance » a été retenu pour désigner la relation entre Dieu et Israël.

L’idée d’alliance est celle de deux personnes ou deux groupes qui concluent un pacte. Aux temps bibliques, une alliance s’accompagnait souvent d’actes solennels, tel qu’un sacrifice d’animaux ou un repas sacré. Les archéologues ont mis au jour nombre de traités d’alliance du monde antique ; l’étude de ces documents a amené certains spécialistes à se demander si l’accent mis sur l’Alliance, en Israël, n’avait pas pour origine toutes ces alliances, ces traités en vigueur à cette époque. La différence majeure entre les documents des cultures avoisinantes d’Israël et les alliances bibliques est que dans ces dernières, c’est Dieu, et non pas le roi ou le dirigeant, qui en est le partenaire principal.

L’idée d’alliance est si importante dans la Bible que ses deux parties ont été appelées par les chrétiens l’Ancien et le Nouveau Testament (testamentum est le mot latin pour « alliance »). Plusieurs alliances sont mentionnées dans la Bible ; l’alliance établie entre Dieu et Israël au Sinaï constitue sans doute la plus solennelle d’entre elles.